introduction

 

Dans la partie 1 de ce cours sur la théorie, je vous avais parlé des gammes et des accords. Je vous avais aussi expliqué comment ils sont construits. Si vous n’avez pas lu ce premier cours, je vous conseille d’aller le voir de de suite avant de lire cette deuxième partie. Comme ça vous serez sûr de bien comprendre ce que je vais vous expliquer dans les lignes qui suivent. Cliquez ici pour lire la partie 1 sur la théorie du jazz manouche.

Si vous avez déjà lu et compris cette première partie, c’est parfait, on peut maintenant voir en détail à quoi tout ça va nous servir.

Apprendre des gammes, des accords et des arpèges c’est bien mais si on ne sait pas comment les utiliser ça ne sert pas à grand chose. Dans cette 2ème partie, je vais essentiellement vous parler des gammes et je vais vous montrer à quoi elles vont pouvoir vous servir. La plupart des guitaristes se disent que les gammes c’est juste un travail sans intérêt et que ce n’est pas marrant de les apprendre. D’un côté oui, ils ont raison. Les gammes ce n’est pas ce qu’il y a de plus fun à travailler. Par contre c’est très important pour la suite. C’est exactement la même chose que vos cours de mathématiques quand vous étiez jeunes. Vous avez du apprendre vos tables de multiplication par cœur. Par la suite, ça vous permet de compter rapidement et ça peut être utile dans la vie de tous les jours.
Pour les gammes c’est pareil, au début, il faut les apprendre par cœur comme si on apprenait une table de multiplication. Plus tard vous verrez que ça vous servira beaucoup à la guitare et je vais vous expliquer tout ça dans la suite de ce cours.

A quoi servent les gammes ?

En travaillant les gammes, tout d’abord vous améliorerez votre technique de main droite et de main gauche. Vous aurez plus de repères sur le manche de la guitare mais le plus important c’est que toutes les gammes que vous apprenez pourront vous servir dans vos improvisations à condition de savoir s’en servir bien sûr.
Pour les personnes qui débutent l’improvisation, je ne leur conseille pas vraiment de commencer par les gammes. C’est beaucoup plus simple d’improviser avec les arpèges. Il suffit de jouer l’arpège correspondant à celui qui se trouve sur la grille d’accords du morceau et on est sur à 100% de sonner juste. J’ai d’ailleurs développé toute une méthode pour improviser avec les arpèges en 7 étapes. Celle-ci est disponible dans ma formation complète sur la guitare jazz manouche.
Avec les gammes c’est différent. Toutes les notes ne sonneront pas juste sur un accord et certaines pourront faire des tensions et des dissonances. Dans un premier temps, l’utilisation la plus simple des gammes consiste à jouer les gammes en pensant à la tonalité du morceau. Par exemple si le morceau sur lequel on souhaite improviser est en Do alors on jouera la gamme de Do.

Qu’est ce qu’une tonalité ?

 

Pour réussir à savoir jouer une gamme sur la tonalité d’un morceau, encore faut-il savoir ce que c’est qu’une tonalité et comment la déterminer. Ça peut être assez simple pour certains morceaux et beaucoup plus complexe pour d’autres.
Selon wikipedia, « Une tonalité se définit comme une gamme de sept notes, désignée par sa tonique et son mode (majeur ou mineur) : par exemple, la tonalité de sol majeur ».
Une tonalité, c’est donc un ensemble de notes qui ont un lien entre elles. En déterminant la tonalité d’un morceau, on pourra donc utiliser une gamme pour improviser et cette gamme contiendra les notes des accords du morceau. Ce n’est pas évident à expliquer mais je vais vous montrer comment on peut mettre ça en application.

Comment déterminer la tonalité d’un morceau avec 5 techniques

Avant toute chose, si on veut improviser en utilisant une gamme, il va falloir déterminer la tonalité du morceau pour savoir quelle gamme utiliser. Je vais vous expliquer 5 techniques pour réussir à faire ça. Ces techniques fonctionneront dans la plupart des cas mais il y aura toujours des exceptions pour certains morceaux où ça ne fonctionnera pas. Et oui, sinon ça serait trop simple… Par exemple il y a des morceaux dans lesquels il y a plusieurs tonalités différentes.

 

 

1ère technique

 

L’une des premières façon de déterminer la tonalité d’un morceau c’est avec la théorie et l’utilisation de la partition. Si vous faites ou avez étudié la musique classique et le solfège, vous connaissez cette première technique. Elle consiste à regarder sur la partition ce qu’il y a à l’armure. L’armure c’est l’ensemble des altérations (dièses et bémols) que l’on peut voir au début de la portée sur une partition. En regardant ça, on peut déterminer facilement la tonalité d’un morceau. Je vais ne vais pas vous expliquer la théorie de cette technique car dans la plupart des cas, les guitaristes de jazz manouche ne lisent pas la musique et il n’y a pas de partitions pour la majorité des morceaux. Pour utiliser cette technique, il faut connaître l’ordre des dièses et des bémols. Il faut aussi avoir quelques notions de solfège. Voici juste un tableau récapitulatif que vous montre quelle est la tonalité en fonction des dièses ou bémols qu’il y a à l’armure.

 

Nombre d’altérationsTonalitéTonalité relative mineure
7b (si, mi, la, ré, sol, do, fa)Do b majeurLa b mineur
6b (si, mi, la, ré, sol, do)Sol b majeurMi b mineur
5b (si, mi, la, ré, sol)Ré b majeurSi b mineur
4b (si, mi, la, ré)La b majeurFa mineur
3b (si, mi, la)Mi b majeurDo mineur
2b (si, mi)Si b majeurSol mineur
1b (si)Fa majeurRé mineur
0Do majeurLa mineur
1# (fa)Sol majeurMi mineur
2# (fa, do)Ré majeurSi mineur
3# (fa, do, sol)La majeurFa # mineur
4# (fa, do, sol, ré)Mi majeurDo # mineur
5# (fa, do, sol, ré, la)Si majeurSol # mineur
6# (fa, do, sol, ré, la, mi)Fa # majeurRé # mineur
7# (fa, do, sol, ré, la, mi, si)Do # majeurLa # mineur

 

 

2ème technique

La deuxième technique beaucoup moins théorique consiste à regarder le premier accord de la grille. En général dans la plupart des morceaux de jazz manouche, le premier accord de la grille est celui qui correspond à la tonalité du morceau. Par exemple dans Minor swing, le 1er accord est un La mineur et le morceau est en La mineur. Dans All of Me, le 1er accord est un Do et le morceau est en Do. Dans Django’s Tiger le 1er accord est un La et le morceau est un La, dans Coquette le 1er accord est un Ré et le morceau est en Ré…
Cette technique fonctionne aussi avec le dernier accord de la grille. En général le tout dernier accord est celui qui correspond à la tonalité. Mais il y a toujours des exceptions… Cette technique est assez basique mais fonctionne dans pas mal de cas. Attention, cette technique ne fonctionne pas tout le temps.

 

3ème technique

 

La troisième technique consiste à identifier des cadences dans la grille. C’est beaucoup plus fiable que la technique précédente. Si vous avez bien étudié la première partie de cet article sur la théorie de jazz manouche, vous savez ce que c’est qu’une cadence. Si ce n’est pas le cas, je vous conseille de lire ou de relire le 1er article sur la théorie du Jazz Manouche.

Comme on l’a vu dans la première partie, l’harmonisation d’une gamme donne des accords et l’enchainement des accords donne une cadence. Pour déterminer la tonalité d’un morceau, vous pouvez donc essayer de repérer des cadences. Il vous suffit de connaître les différents degrés des accords d’une tonalité. La plus courante est le II V I. Si vous remarquez par exemple une suite d’accord qui fait Rém – Sol7 – Do, c’est un II V I en Do. Le morceau sera donc en Do. En tout cas ce passage-là sera en Do même si le morceau contient plusieurs tonalités. Si vous remarquez dans une grille d’accords la cadence suivante: Dom – Fa7 – Sib le morceau sera en Sib car c’est un II V I en Sib.

Cette technique est un très bon moyen pour déterminer la tonalité d’un morceau ou d’un passage dans un morceau.

 

4ème technique

 

La quatrième technique consiste à repérer certains accords de la grille. Si vous avez bien suivi la première partie de ce cours, vous savez que lorsqu’on harmonise une gamme, on obtient un accord 7ème pour le cinquième degré. Pour cette technique-là, il va donc falloir identifier les accords 7ème. Par exemple si vous voyez un accord de Sol7 vous êtes en Do, si vous voyez un La7, vous êtes en Ré, si vous voyez un Mi7, vous êtes en La…

Par contre dans beaucoup de morceaux, on rencontre plusieurs accords 7ème donc il faudra faire attention pour ne pas se tromper.

On utilise aussi très souvent l’accord 7ème qui correspond à la tonalité à la fin d’une grille pour revenir au début du morceau.

 

5ème technique

La cinquième technique consiste à déterminer si le morceau est majeur ou mineur. Pour cela majorité des cas, c’est assez simple, vous l’entendez. Pour schématiser un peu, un morceau majeur sonnera plutôt joyeux et un morceau mineur plutôt triste.

Par exemple, Django’s Tiger, Coquette, Daphnée, Swing 42, Hungaria, Lulu swing… sont des morceaux majeurs et Minor swing, Minor blues, Danube, Swing Gitan, Les Yeux Noirs, Swing 48… sont des morceaux mineurs.

Quand vous écoutez ces différents morceaux, vous devriez entendre directement s’ils sont majeurs ou mineurs. Faites le test, écoutez un cd de Django Reinhardt ou d’un guitariste de jazz manouche que vous aimez bien et essayez de trouver si les morceaux sont majeurs ou mineurs.

Comme vous l’avez vu dans la technique 1, avec les altérations sur la partition, on obtient toujours une tonalité majeure et une autre qui correspondra à la relative mineure. Si vous savez que le morceau est mineur par exemple, vous pourrez donc trouver la tonalité mineure correspondante avec la technique 1. Vous pouvez aussi utiliser les techniques 2, 3 et 4. Si le premier ou le dernier accord d’une grille est un Solm par exemple, dans la plupart des cas le morceau sera en Sol mineur. Si vous repérez un II V I mineur par exemple LaØ – Ré7 – Solm alors il sera en sol mineur. Si vous repérez plusieurs Ré 7, il y aura aussi de fortes chances pour que le morceau soit en Sol mineur.

 

 

Pour trouver la tonalité d’un morceau, utilisez ces 5 techniques. Dans la majorité des cas, ça fonctionnera. Pour les quelques exceptions, je ne peux pas vous aider plus, ça dépendra du morceau en question et il faudra faire au cas par cas. Généralement les morceaux de jazz manouche ont des grilles assez basiques harmoniquement et vous n’aurez pas besoin de chercher longtemps, avec ces techniques vous trouverez rapidement la bonne tonalité.

Exemple d’application sur le morceau Coquette:

 

partition-coquette-theorie-du-jazz-manouche

 Pour cet exemple je vais utiliser la partition du morceau. Ça me permettra d’utiliser la 1ère technique. Si vous n’avez pas de partition, vous pouvez aussi utiliser la grille d’accords, ça fonctionne tout aussi bien. Par contre vous ne pourrez pas utiliser la technique 1. On va donc utiliser chacune de ces 5 techniques et émettre des suppositions afin de déterminer la tonalité. À la fin, en comparant le résultat obtenu avec ces 5 techniques, on devrait réussir à trouver la tonalité principale du morceau et les différents endroits où la tonalité change.

 

Technique n°1:

On remarque qu’il y a deux dièses à la clé. Si on se réfère au tableau que je vous ai fait un peu plus haut sur cette page, on peut donc en déduire que ce morceau est soit en Ré majeur soit en Si mineur.

 

Technique n°2:

Si on regarde le 1er accord de la grille, on peut voir un Ré majeur. On peut donc en déduire que ce morceau est probablement en Ré majeur

 

Technique n°3:

On peut remarquer que dans cette grille il y a plusieurs cadences II V I: Em – A7 – D. Ce qui correspond à un II V I en Ré majeur. Attention, on remarque aussi qu’il y a un II V I en Sol sur le B de cette grille. On peut voir la suite d’accords Am – D7 – G. Il y a aussi un II V juste après ce II V I en Sol, on peut voir un Bm – E7 mais celui ci ne résout pas sur le 1er degré (La), il s’enchaine avec un nouveau II V I en Ré.

Souvent dans les grilles qui ont une structure de type AABA le B module un petit peu et il n’est pas rare d’avoir une autre tonalité sur le B. En repérant ces cadences-là, on peut donc supposer que les A sont en Ré majeur, que le début du B est en Sol majeur et qu’il y a un petit changement aussi au moment du Bm – E7 qui pourrait être en La majeur. Le B finit par un II V I en Ré majeur.

 

Technique n°4:

On va repérer tous les accords 7ème de la grille. Sur les A on peut voir des A7 ce qui correspond au 5ème degré de la gamme de Ré majeur mais il y a aussi un B7 sur le 1er et le dernier A. Cet accord est un piège. Comme quoi il y a toujours des petites exceptions. C’est juste un accord de passage pour passer sur le Em. Étant donné que cet accord ne dure qu’une demi mesure, on peut dire que les A sont en Ré majeur pour simplifier la chose. Sur le B on remarque un D7, un E7 et un A7. On peut donc supposer qu’il y a un petit passage en Sol majeur, un en La majeur puis on reviens sur Ré majeur.

 

Technique n°5:

Quand on écoute ce morceau, on entend clairement qu’il sonne majeur, il est plutôt joyeux. Le premier accord de la grille est aussi un accord majeur. On peut donc supposer que le morceau est majeur.

 

Conclusion:

En regardant de près le résultat de ces 5 techniques, on peut donc en conclure que ce morceau est principalement basé sur la tonalité de Ré majeur notamment sur les A. Sur le B, il y a quelques modulations, en Sol majeur, en La majeur pour revenir en Ré majeur.

Le mot de la fin

 

Vous savez maintenant comment trouver la tonalité d’un morceau. Avoir des connaissances théoriques sur les degrés et les cadences vous seront toujours utiles pour les repérer. Vous pourrez ensuite utiliser la gamme qui correspond à la tonalité du morceau pour improviser. Là encore, l’utilisation des gammes ne se résume pas juste à ça, il y a plein de façon différents d’improviser avec les gammes. Je vous ai juste expliqué les notions de bases.

Pour mettre en application tous ces conseils, vous pouvez choisir un morceau, utiliser les 5 étapes pour trouver sa ou ses tonalités puis essayer d’improviser en utilisant des gammes. Fiez-vous à vos oreilles, vous remarquerez que certaines notes de la gamme sonneront mieux que d’autres. Il y a aussi toute une théorie derrière tout ça que je vous expliquerai surement dans un prochain article. Petite astuce aussi, si vous bloquez sur un passage dans un morceau et que vous n’arrivez pas à déterminer la tonalité, jouez un arpège à la place d’une gamme. Comme ça, peu importe la tonalité à ce moment-là, vous serez sûr de ne pas vous tromper et ça sonnera parfaitement juste. 🙂

Si vous désirez en savoir un peu plus sur l’improvisation, j’ai créé tout un système en 7 étapes pour apprendre à improviser en se basant sur les arpèges. Ce système est disponible dans ma formation complète sur la guitare jazz manouche.

Vous avez apprécié ce cours ? Partagez-le sur vos réseaux sociaux et à envoyez-le à vos amis guitaristes qui pourraient être intéressés. Vous pouvez aussi télécharger la fiche action récapitulative de ce cours juste en dessous !

Shares
Share This